Kava: du breuvage traditionnel à la boisson trendy

Retour au blog

Un nouveau type d’établissements fait son apparition dans les rues de New-York: le «kava bar». Avec à sa carte, du kava. Non, ce n’est pas une faute de frappe! Et si son nom ne diffère que d’une seule lettre par rapport au célèbre vin mousseux espagnol, sa composition n’a rien en commun…

Le kava désigne à la fois une boisson et la plante avec laquelle elle est élaborée. Les peuples des Îles du Sud du Pacifique prélèvent depuis des milliers d’années la racine du kava, ou Piper methysticum Forst, pour réaliser un breuvage servi lors des cérémonies religieuses, politiques et culturelles.

Mais comment cette boisson traditionnelle s’est-elle retrouvée dans les bars trendy de New-York? Le kava possède en fait des vertus apaisantes et anxiolytiques. Les citadins y voient une échappatoire pour se soustraire au stress de la vie quotidienne. Aux Etats-Unis, le kava entre même dans la composition des suppléments alimentaires destinés aux patients sujets à l’anxiété, au stress et aux insomnies.

Kava, Une boisson qui rend euphorique

Le kava possède un goût terreux qui ne fait pas forcément l’unanimité. C’est pour cette raison que les établissements qui le proposent l’agrémentent de jus, de café, de cacao ou encore de thé.

Mais on l’a bien compris, ce n’est pas à son goût que cette boisson doit sa popularité. C’est plutôt le sentiment d’euphorie et de positivité qu’il génère qui est tant sollicité. Les consommateurs évoquent une anesthésie de la bouche, suivie d’une sensation de soulagement et d’étourdissement. Des effets que l’on peut donc comparer à ceux de l’alcool. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on retrouve des cocktails où l’alcool est remplacé par du kava (Craquez pour un «kava margarita»!). Il faudra cependant traverser les frontières pour pouvoir s’en procurer car en Europe, seuls l’Allemagne et le Pays de Galles autorisent sa commercialisation.

Est-ce dangereux?

Cette boisson ne semble pas causer de dépendance, ni d’altération des fonctions cognitives. Des études toxicologiques et cliniques ont montré que les extraits de kava ne possèdent pas d’effets toxiques, à l’exception de rares cas d’hépatotoxicité. Cependant en 2002, la FDA (Food and Drugs Administration) met en garde contre les risques de problèmes hépatiques liés au kava. Ces risques sont accrus lorsque la consommation d’alcool et de kava sont combinées.

Références:

–        Brown A. et al., Clinical Toxicology, 2007, vol. 45, no 5, p. 549-556.

–       Nerini J., 16 février 2018, www.geekandfood.fr, consulté le 25/05/2018.

–       NIH, National Center for Complementary and Integrative Health, www.nccih.nih.gov, consulté le 31/05/2018.

–       Teschke R. et al., Phytomedicine, 2003, vol. 10, no 5, p. 440-446.

Categories : NewsNutrition
Posté par Karott Team, 12/06/2018